Conseil Municipal du 28 juin

Retrouvez ci-dessous mon discours, prononcé le 28 juin lors du conseil municipal :


"Mesdames et Messieurs les élus,

Chers collègues,

Mesdames et Messieurs,


Dans cette période aussi perturbée qu’incertaine il m’est apparu raisonnable, eu égard à tous ceux qui ont passé les épreuves de français pour le Bac, de commencer par un chiasme : « tel qui rit vendredi, dimanche pleureras ».

Qu’il me soit permis de féliciter tous ceux qui ont été élus à la Région ou au Département, et de dire aux autres que sans eux il n’y aurait pas eu d’expression démocratique.

Ce soir une fois n’est pas coutume, je rendrai hommage à l’opposition socialiste, elle nous a donné une leçon de cohésion lors des départementales. Union derrière un chef charismatique, programme commun, et un challenge : tous contre Limoges, ce qui nous laisse augurer d’une continuité rassurante dans l’inertie. Social, désenclavement, haut débit finiront bien par venir un jour.

J’ai été interpelé à propos d’Ethique alors je vais vous en dire deux mots. Si je m’en réfère à ce qu’en disent les philosophes, cela correspond à l’art de bien vivre ensemble. Que ce soit en politique, en aménagement de la cité, en enseignement, en développement économique, en santé, en social, en sécurité, en justice, en culture ou en immigration nous n’avons pas les mêmes principes ni les mêmes exigences.

Nos collègues socialistes ont des mots, des phrases, des perspectives éthiques et… des oublis dans les actes. Le mépris concernant les maires qui ne sont pas de leur sensibilité politique, les absences de la plus simple courtoisie qui sont leur marque leur servent de prétexte à leur impéritie. J’invite les membres de ma majorité à ne jamais reproduire de tels comportements : ils sont délétères pour notre nation.

Pour ma part j’essaie de promouvoir l’union, l’écoute, les actes au services de tous « qu’ils soient faibles ou puissants », ils ont droit à la même considération : éducation, sport, culture, soutien social, mérite, travail, respect, protection, justice. Dans le silence assourdissant des programmes et des engagements qui ont présidé à ces élections, nous n’avons entendu que trois choses : tous contre les extrêmes pour la présidentielle, vivons sans contrainte au lendemain du confinement, soyons libres de refuser la vaccination.

Tout cela me paraît bien superficiel pour amener nos concitoyens à voter. J’étais opposé à l’organisation des élections dans cette séquence temporelle, empêchant toute campagne de contact, source d’aggravation de l’abstention. Cultiver et pleurer la baisse continue de la participation, nous conduit tout droit à des lendemains qui déchantent. Les théories woke, sexistes, indigénistes, anti-impérialistes avec leur couteau suisse déconstructionniste finissent de faire exploser ce qui reste du modèle démocratique républicain.

Enfin j’ai entendu le silence coupable de tous ceux qui ne se sont pas élevés contre la fermeture des 150 postes de Front Office au Mas Loubier. Il est beaucoup plus politiquement correct de ne pas faire de vague pour ne pas effrayer l’électeur que de défendre l’emploi sur le territoire où l’on postule pour être élu. Même plus les mots !!!


Nous souhaitons tous que la pandémie se termine, mais hélas il faudrait 40% de population supplémentaire (pour arriver à 85%) vaccinée avant la fin août pour espérer être définitivement tranquille. Les variants de plus en plus virulents se transmettent aux non vaccinés et commencent à remettre en cause les comportements en Angleterre, en Israël, à Sydney, et tout ou partie des déconfinements. Ce n’est pas une décision scientifique ou politique qui nous menace, c’est un virus. C’est la vaccination de tous en commençant par l’enfance qui a permis d’éradiquer la tuberculose ; la typhoïde ; la polyomyélite, la rougeole, la rubéole… Nous sommes passés d’individus solidaires et responsables au service de la société, à des individus égocentrés, refusant l’effort commun mais prêts à faire un procès au collectif en cas de conséquences liées à leurs décisions.

Fidèle aux principes éthiques dont je vous ai parlé j’ai souhaité doter notre ville d’un déontologue et fait appel pour cela à un éminent spécialiste du droit et nouveau retraité de la Cour de cassation, monsieur Valleix.


Fidèles à notre éthique, nous construisons les programmes au service de nos concitoyens, de notre ville et de notre territoire, en pensant à la protection de l’Humanité. Un ordre du jour copieux nous attend.


La période COVID a été marquée par des surcoûts et des baisses de recettes, importants, consacrés à soutenir nos concitoyens, actifs comme fragiles et la répercussion budgétaire se fera sur 2021 et 2022. Grâce à un suivi maîtrisé des dépenses, nous avons réussi à tenir la barre pour l’année 2020. Malgré la crise, le RIFSSEP a permis de reconnaître, à tous les agents, les efforts fournis dans leur mission au sein de la collectivité. Le compte administratif et le compte de gestion 2020 sont excellents pour le contexte, surtout en plus au regard des investissements réalisés. Beaucoup de collectivités nous l’envieraient.

Nos engagements de bonne gestion, pour pouvoir investir, devront s’amplifier en 2021 et au-delà, car nous devrons encore davantage absorber le choc de la pandémie. La reprise de l’économie mondiale s’accompagne de surcoûts et de pénurie de matériaux rendant aléatoire les chantiers entrepris et leurs coûts. Nous avons demandé au Ministre de l’économie de prévoir une circulaire adressée à la DGFIP pour que les comptables du trésor n’ajoutent pas des contraintes supplémentaires à cette situation inconfortable pour les entreprises et les collectivités.

Malgré tout, nous avons organisé la poursuite des projets nécessaires à notre ville, comme la rénovation urbaine des quartiers de Beaubreuil, du val de l’Aurence, l’éco quartier des Portes Ferrées, l’îlot phare de la Bastide et l’îlot centre commercial.

C’est ainsi que vous voyez sortir de terre un peu partout dans la ville des projets immobiliers très qualitatifs, y compris dans le logement social, pour favoriser la mixité et renforcer le dynamisme de la ville.

Vous avez bien sûr pris connaissance du rapport annuel sur les activités 2020 dans le cadre de la Dotation de Solidarité Urbaine que nous percevons chaque année. Je vous rappelle qu’un cinquième de la population limougeaude vit en quartier prioritaire et que nous consacrons plus de 9 millions d’euros par an aux différents projets et dispositifs. Cette année a toutefois été fortement perturbée par les confinements successifs. Est-il bon de rappeler que nous avons été très présents sur la distribution alimentaire, celle de masques quand il n’y en avait pas, sur la prise en charge des personnes fragilisées par la pandémie, mais également sur la détection de la COVID et la protection des populations par l’accompagnement à l’isolement, la vaccination en centres et « l’aller vers » en pied d’immeuble.


Je voudrais m’arrêter un instant sur la question de la ville inclusive. C’est un enjeu extrêmement fort, en particulier, comme c’est notre cas, lorsque nous faisons de la rénovation urbaine « XXL » et que l’on hérite d’une ville qui n’était pas franchement championne de l’accessibilité. Je souhaite remercier tout particulièrement René Adamsky et les services, tous les services de la ville qui sont fortement impliqués dans cette démarche, et également les services de Limoges Métropole. Aujourd’hui, l’inclusion et l’accessibilité sont des facteurs d’attractivité déterminants. Les personnes qui viennent à Limoges, préparent leur séjour ou bien leur aménagement en fonction de la façon dont leur enfant porteur de handicap va être accueilli à l’école, la façon de se déplacer et de se loger bien sûr, mais aussi la culture . J’en profite pour saluer une nouvelle fois le travail remarquable effectué par l’Opéra en la matière qui est tout à fait novateur et pro-actif. Mais cela, vous le savez déjà, puisque vous avez tous lu avec une vive attention le rapport de la commission communale pour l’accessibilité qui vous est présenté ce soir.


Vous me savez profondément attaché à l’attractivité de notre ville. Vous m’entendez si souvent l’évoquer ! Quand vous vous êtes promenés en ville, vous avez sans doute remarqué les terrasses des bars et restaurants qui s’étendent et donnent cet air si accueillant à notre centre-ville. Je suis heureux que les terrasses à 1 euro aient permis la reprise de l’activité et offert aux limougeauds et aux visiteurs ces moments de joie simple retrouvée.


Je me régale à consulter le programme des animations d’été _près de 420 actions au total _ à voir nos chers Limougeauds, flâner dans le très beau jardin africain près de la galerie des hospices.

Nous recevrons cet été le Cours Florent en résidence à Limoges. Nous aurons un festival de musiques actuelles à Beaublanc avec Urban Empire, notre savoir faire agricole sera à l’honneur avec le concours National Limousin. Bref, nous aurons un été foisonnant et nous vous préparons une rentrée intense avec le forum des associations, Toques et Porcelaine où il ne vous a bien sûr pas échappé que nous recevrons Michel Troisgros.

Nos centres culturels, notre service jeunesse et notre tissu associatif sont mobilisés pour faire passer aux enfants un très bel été.

Notre jeunesse, c’est notre avenir. Nous avons l’obligation morale de relever le défi de sa réussite éducative. Notre ville compte neuf quartiers prioritaires, et voit arriver de nouvelles populations souvent très éloignées de notre culture et de nos codes. C’est pour tous nos jeunes, y compris ceux issus de l’immigration que nous nous engageons totalement dans un projet éducatif territorial ambitieux que va vous présenter ce soir le premier adjoint. Il en va de notre avenir, et aussi de notre vie quotidienne, il en va de la paix sociale et de la sécurité dans la ville.

Les centres sociaux réorganisés, accompagnent la créativité et le dynamisme des enfants qu’ils reçoivent, comme ceux de Beaubreuil. Je leur renouvelle mes chaleureuses félicitations pour avoir encadré ces cinéastes en herbe, qui ont gagné le prix de la citoyenneté au festival Festiprev et ont été une nouvelle fois retenu dans la sélection officielle.


Dynamiques et créatifs sont aussi les enfants du Nouveau Conseil Municipal ! Ils ont souhaité poursuivre et renforcer la journée sans voiture, créée à l’initiative de leurs prédécesseurs. Ils nous encouragent à nous mobiliser pour le climat, pour la biodiversité, pour la planète que nous allons leur laisser.

C’est pour ne pas laisser une planète exsangue à nos enfants que nous œuvrons depuis 7 ans à limiter notre empreinte carbone, que nous éliminons les perturbateurs endocriniens, que nous faisons la guerre au gaspillage, que nous protégeons la biodiversité et le végétal local, que nous investissons pour le climat.

Dès maintenant, nous rendons les toilettes publiques gratuites, nous réduisons l’éclairage public, nous préparons l’arrivée du 30 km à l’heure en ville, en intra boulevard avant la fin de l’année, et je vous annonce que notre fourniture de gaz sera 100% en bio gaz.

Notre concours de fleurissement de façades annoncé au dernier conseil municipal prend fin et c’est le temps des récompenses qui vient avec un premier prix de 3000 euros. Nous recyclons les masques jetables pour fabriquer des fournitures scolaires pour nos écoliers. Nous soutenons les projets d’upcycling à travers le projet du bâtiment 25 à Marceau et tant d’autres choses. Nous faisons partie du Groupe des quarante villes mondiales engagées vers le Zéro carbone…

Nous avons un bilan très prometteur dont je suis particulièrement fier car vous savez combien le développement durable me tient à cœur

Loin des postures politiciennes, j’ai toujours défendu que l’écologie est un territoire de rencontre et un destin commun.

C’est dans cet esprit que j’ai voulu que l’on mette en place une charte de développement durable qui va vous être présentée ce soir.

Elle est un peu différente de ce que l’on a l’habitude de voir car elle est cousue sur mesure pour Limoges : Elle s’engage résolument dans les 17 objectifs du Développement Durable définis dans l’agenda 2030 de l’ONU. Elle s’impose à toutes les actions et les missions de la collectivité, elle s’inscrit dans la démarche Ville créative de l’Unesco et enfin, elle a pour ambition d’entraîner l’ensemble des acteurs du territoire.

L’Assemblée des 55 citoyens, s’en servira de référence pour suivre ou proposer les projets pour la ville. Nous créerons un label « Limoges Ville Durable » que nous décernerons aux acteurs publics et privés du territoire sur des actions qu’ils portent dans le cadre de la charte. Je voudrais remercier les trois élus qui se sont fortement impliqués dans la rédaction de cette charte que je leur ai demandée, choisissant le bien commun plutôt que le confort de la posture.


Je ne peux pas conclure sans adresser un message à tous :

Nous avons à présent des vaccins, notre centre de vaccination fonctionne parfaitement, nous sortons des confinements successifs. Pour que celui d’avril à juin soit le dernier, j’exhorte les hommes et les femmes qui ne sont pas encore fait vacciner de prendre rendez-vous dès que possible : allez-vous faire vacciner, soyez responsables, soyez solidaires, ayez plus de courages que nos gouvernants et nos assemblées, montrez que vous êtes tous unis contre la COVID, son virus et tous ses variants !


Je vous remercie Emile Roger LOMBERTIE

Maire de Limoges"

À l'affiche
Posts récents
Posts récents