Restructuration du Centre commercial de la Bastide : Quand la « Nouvelle Aquitaine » renie la Parole


Oui, vous lisez bien. Alors que s’ouvre aujourd’hui la session du Conseil régional à Bordeaux, j’accuse « La Nouvelle Aquitaine » de spolier La Bastide de 950.000 €, promis et signés par l’ex-Limousin et Gérard Vandenbroucke, Premier Vice-Président de la Nouvelle Région de renier sa signature d’ex-Président du Limousin et de Président de Limoges Métropole, et de faire passer la logique partisane socialiste avant la défense du territoire qui l’a élu.




Les faits


  • Février 2013 : attribution de la concession d’aménagement pour la restructuration du centre commercial de la Bastide à la SELI. Objectif principal du projet à l’époque : redynamiser, revitaliser et pérenniser cet équipement commercial.

  • 27 novembre 2013 : la Région Limousin se positionne pour cofinancer l’opération à hauteur de 950 000 €.

  • Sur 2014-2015 : l’Etat, via l’ANRU propose à la municipalité de Limoges de retravailler le programme de rénovation et mobilise la mission d’appui opérationnelle de l’ANRU. Celle-ci conclut en avril 2015 qu’il faut rapatrier toutes les cellules commerciales en entrée de quartier, à proximité immédiate du boulevard Schuman, dans une nouvelle structure et transformer l’actuel centre commercial en pôle de santé et de services.

  • Ce changement de programmation demandé par l’Etat est acté par la signature de l’avenant 2 du PRU en septembre 2015. Cet avenant est signé par l’ANRU, la Région Limousin, la ville de Limoges, Limoges métropole, Limoges Habitat, les bailleurs sociaux…etc.


Le désengagement de la Région Nouvelle Aquitaine


Afin de prendre en compte ces différents changements, la SELI demande à la région Limousin de bénéficier de délais supplémentaires pour transmettre un nouvel avant-projet définitif. La dernière demande de prorogation est déposée par la SELI en décembre 2015 : elle reste sans réponse.


A la suite d’une relance effectuée en avril 2016, la Région Nouvelle Aquitaine fait part à la Ville de son refus de proroger le délai de transmission de l’avant-projet relatif à cette opération. Conséquence : la subvention contractualisée avec la Région Limousin d’un montant de 950 000€ est annulée.


La raison invoquée est le changement de programmation de celui-ci.


Or :

  • Le changement de programmation tient aux conclusions de la mission d’appui de l’ANRU préconisant de rapatrier toutes les cellules commerciales en entrée de quartier, dans une nouvelle structure et de restructurer l’actuel centre commercial en pôle de santé et de services.

  • L’aménagement du Pôle de services et ce changement figure dans le programme d’action de l’avenant 2 co-signé par l’ancien Président de la Région Limousin, actuel Vice-Président de la Région Nouvelle Aquitaine en septembre 2015 et donc dans le tableau des engagements financiers des partenaires du PRU avec une participation de la Région réaffirmée à hauteur de 950 000 €.


Tous les appels téléphoniques, courriels et courriers de la ville de Limoges tant à la Nouvelle Aquitaine qu’à l’ancien président du Limousin, actuel premier vice-Président de la région restent sans réponse.



Conséquences et enjeux


Quid de la reprise par la Région Nouvelle Aquitaine des engagements de la Région Limousin?


Le retrait de la Région Nouvelle Aquitaine sur ce dossier fait douter de la pérennité des engagements pris par l’ancienne Région Limousin, laissant un sentiment d’abandon des partenaires locaux mobilisés autour de ce projet alors même que le maintien d’une offre de services de proximité y est essentiel.


La Région Limousin s’est également engagée dans le cadre de l’avenant 2 au PRU à cofinancer le réaménagement de cette entrée de Ville. Doit-on penser là aussi que la Nouvelle Aquitaine remettra en question les engagements antérieurs ?



Une nouvelle charge financière pour la Ville


Cette charge financière se reporte directement sur la Ville de Limoges, alors que celle-ci investit déjà fortement dans ce projet (à hauteur de + de 2 Millions d’€) et ceci dans un contexte déjà difficile pour les finances municipales. L’équilibre de la concession a déjà fortement été impacté suite au changement de programmation puisque les travaux sont plus importants pour accueillir des services comparativement à des cellules commerciales brutes, et que les recettes locatives ne sont pas les mêmes.


A titre d’illustration, une augmentation de 1,25 % des impôts locaux serait nécessaire pour récupérer cette perte de 950 000 €.



Quelle place compte tenir la Région Nouvelle Aquitaine dans la nouvelle politique de renouvellement urbain ?


Dans le cadre de la nouvelle politique de la ville et de la préparation d’un Nouveau Programme de Renouvellement Urbain sur Limoges, quelle sera la place de la nouvelle région dans la volonté de transformation urbaine et sociale des quartiers prioritaires ? Quel soutien compte-t-elle apporter ?

À l'affiche
Posts récents
Posts récents
Catégories
Me suivre
Me suivre
  • Facebook Long Shadow
  • Twitter Long Shadow
Mes sites préférés
Par tags

© 2021 Mon Carnet Limougeaud

Mentions légales

Pour recevoir l'actualité de ce blog

  • Gris Facebook Icône
  • Gris Twitter Icon
  • Gris Icône Instagram