Fixer le cap et accélérer dans le virage

À l’heure où notre pays reprend son souffle après la longue période d’incertitude et de souffrances de la pandémie, s’ouvre la perspective d’une relance forte et dynamique.

Relance économique et sociale bien sûr, mais aussi poursuite des chantiers structurels et des actions concrètes faisant suite à l’indispensable retour sur expérience de situations dans lesquelles les organisations ont été très éprouvées.

Outre la gestion quotidienne de la crise sanitaire, les collectivités territoriales et notamment les communes, ne sont pas restées inertes pour garantir l’accès aux services publics et le soutien aux acteurs économiques et à l’emploi. Qui plus est, avec le début des mandatures, de nouveaux projets ont été lancés.

Notre bilan de la période est fait de transformations structurelles écoresponsables : nous avons agrandi la régie maraichère, nous sommes passés au 100% énergies renouvelables pour l’électricité et le gaz. Nous mettons en place le 30km/h et la ville apaisée. Nous avons poursuivi l’élimination des perturbateurs endocriniens dans l’environnement des jeunes enfants et généralisé les produits éco-certifiés. Nous allons bientôt inaugurer un nouvel EHPAD qui est un modèle de développement durable et est le premier projet de Haute Vienne en production d’énergie renouvelable en autoconsommation. Et nous préparons la construction de notre première usine de production d’hydrogène.


Nous avons aussi créé de nouveaux outils et initié de nouveaux modes de fonctionnement : les budgets participatifs des conseils de quartier, l’assemblée citoyenne, le recrutement d’un déontologue, le contrat d’engagement républicain et la charte des objectifs du développement durable.


Pourtant les premières conséquences de la crise Covid pour les collectivités sont conjoncturelles mais sévères : l’épargne brute des collectivités de plus de 100 000 habitants a fondu de 80%. Entre perte de recettes et dépenses supplémentaires, nous devons réaliser d’importantes économies pour continuer à investir pour nos concitoyens. Cela passe par de

nouvelles coopérations entre les communes de notre communauté urbaine, de la dématérialisation des procédures et de la chasse aux économies.


Plus généralement, l’Etat doit repenser sa relation aux territoires. Avec l’incertitude des rentrées budgétaires, l’autonomie opérationnelle des communes se réduit comme peau de chagrin. Nous guettons impatiemment l’issue du projet de loi 4D et des possibilités d’expérimentation qui seront ouvertes. L’agilité d’action et la capacité d’innovation de nos institutions sont à ce prix.


Emile Roger LOMBERTIE

Maire de Limoges

À l'affiche
Posts récents
Posts récents