Ethique et Politique (suite) : « Anticor » me décerne un « feu vert »

En 2014, j’ai fait adhérer mon équipe à la charte éthique de l'association Anticor. Sans entrer dans le détail, il faut savoir que cette association – qui réunit des villes, des magistrats, des collectivités, des entreprises et, plus généralement, tous les citoyens qui le désirent – est totalement indépendante (pour tout savoir cliquer ici)


L’objet d’Anticor, selon ses statuts : « lutter contre la corruption et rétablir l’éthique en politique. Son ambition est de réhabiliter le rapport de confiance qui doit exister entre les citoyens et leurs représentants, politiques et administratifs ».

Et aussi : « Lors des élections, Anticor propose aux candidats une charte définissant un engagement éthique irréprochable. L’association veille au respect de cette charte par les élus et les fonctionnaires qui s’engagent pour une probité et la recherche de l’intérêt général. Avec les lanceurs d’alertes, Anticor s’implique dans des affaires judiciaires importantes en signalant au parquet des faits susceptibles de recevoir une qualification pénale ». C’est ainsi qu’Anticor s’est portée civile dans plusieurs affaires mettant en cause des élus, de gauche comme de droite.


En 2014 donc, j’ai signé la charte d’éthique proposée par l’association et placé la campagne électorale de mon équipe sous le signe des neuf engagements de bonne conduite, de transparence et de bonne gestion de la ville prônés par Anticor. Une fois élus, nous avons mis en place une commission « éthique et transparence » composée de conseillers municipaux et de Limougeauds choisis par les groupes politiques (majorité et opposition) et chargée de vérifier que la ville, son maire et son équipe municipale respectaient les termes de l’adhésion. Cette commission s’est régulièrement réunie et le compte-rendu de ses travaux a été systématiquement publié sur notre site internet. Pour le vérifier, il suffit d’aller sur Limoges.fr et de taper « Anticor » dans le moteur de recherche qui apparaît dès le premier écran.


Anticor vient donc de publier son bilan national des engagements de 2014 et a passé au crible les 40 maires et équipes municipales qui avaient signé - dont Limoges - puis avaient été élus.

Seize (16) ont écopé d’un feu rouge, dix (10) d’un feu orange et quatorze (14) d’un feu vert. Selon la couleur du carton, il est aisé de deviner l’appréciation que porte Anticor sur l’action de ces 40 élus pendant 6 ans. Pour Limoges, voici très précisément ce qui est indiqué sur le site d’Anticor :


Département : Haute-Vienne ; Ville : Limoges ; Feu : VERT

Détails : Limoges (Haute-Vienne, 87) Emile-Roger Lombertie FEU VERT. Le maire de Limoges a fourni des efforts continus pour poursuivre ses engagements. Accompagné par un groupe local impliqué depuis 2015, il a mis en place une commission « éthique et transparence ». La participation citoyenne s’est également développée par l’activité régulière de neuf conseils citoyens et l’ouverture de commissions de contrôle financier et d’attribution des subventions. L’accès aux informations municipales et aux déclarations du maire est clair et actualisé. M. Lombertie fait donc preuve d’un engagement éthique certain envers sa commune.


Sans commentaire...

À l'affiche
Posts récents
Posts récents
Catégories
Me suivre
Me suivre
  • Facebook Long Shadow
  • Twitter Long Shadow
Mes sites préférés
Par tags

© 2019 Mon Carnet Limougeaud

Mentions légales

Pour recevoir l'actualité de ce blog

  • Facebook Clean Grey
  • Twitter Clean Grey