Quelle école voulons-nous pour Limoges ?


Pour résumer une rentrée scolaire, il y a la sécheresse des chiffres. Ils ont l’avantage de donner une idée exacte du défi que doivent relever les services de la ville chaque année : près de 10.000 élèves – dont plus de la moitié de rationnaires – accueillis dans 400 classes, réparties dans 65 écoles maternelles et élémentaires, qui rentrent le même jour et pour qui tout doit être parfait.

Si je continue les chiffres : 1,45 millions d’euros investis pour cette rentrée scolaire (dont 700.000 € de travaux rien que cet été), auxquels il convient de rajouter 1,02 millions pour la restructuration du groupe Condorcet-Roussillon, 210 ordinateurs portables renouvelés (sur 1500), 40 tablettes Surface et 336 tableaux numériques interactifs, ce qui place Limoges au tout premier rang des villes françaises en matière d’équipements informatiques (avec 1 ordinateur pour 6 élèves à Limoges contre 1 pour 22 enfants en moyenne nationale !).


Je pourrais également énumérer les travaux importants, je préfère vous laisser les découvrir en cliquant ici. De cette rentrée, je voudrais retenir pour ma part les sourires des enfants, la bonne humeur affichée de leurs professeurs et des personnels de service. C’était une rentrée sous le soleil et tout s’est bien passé, si l’on excepte ce bout de faux plafond qui s’est détaché la nuit précédente au restaurant scolaire de Beaublanc. En cause les variations de température de ces dernières semaines qui ont révélé des malfaçons. Mais heureusement sans conséquence pour les 80 enfants de l’école maternelle Carnot qui ont quand même pu y être reçus pour le déjeuner. Le bâtiment a bien entendu été entièrement sécurisé per les services de la ville.

En matière de sécurité justement. Ces derniers jours, des réunions conjointes entre Polices Nationale et Municipale se sont déroulées de façon à coordonner les patrouilles de sécurisation (aux heures d’entrées et de sortie des classes du matin et de l’après-midi) sur l’ensemble de nos 65 écoles.












Quelle sécurité voulons-nous ?

Malgré les efforts importants consentis par la ville pour embaucher, former et armer des policiers municipaux et installer des caméras de vidéo-protection en ville ces deux dernières années – des efforts combattus, stipendiés et méprisés par l’opposition de gauche -, malgré ces efforts donc, les effectifs sont aujourd’hui à peine suffisants pour assurer une sécurité maximum dans nos établissements scolaires. Nous allons donc continuer dans ce sens et renforcer encore notre police municipale. Mais une chose est certaine et je pose la question aujourd’hui : Limoges peut-elle se permettre de compter autant d’écoles ? Savez-vous que certaines d’entre elles sont à moitié, voire aux 2/3 vides ? Que des enfants font jusqu’à une heure de trajet en bus tous les jours pour aller déjeuner ? Est-il sérieux, dans ces conditions, de conserver des établissements qui comptent 2 ou 3 classes, certains une seule, alors que des regroupements peuvent être effectués, sans supprimer de classes et en améliorant les conditions d’apprentissage des enfants ? Pourra-t-on longtemps assurer à nos enfants les conditions de sécurité exigées par notre époque ?


Bien éduquer nos enfants

Cette question du regroupement des écoles se pose avec d’autant plus d’acuité qu’elle concerne également au premier chef l’Education Nationale. En regroupant plus de classes dans un même établissement, on décharge son directeur de ses obligations d’enseignement. Il peut se consacrer ainsi entièrement à son école, à l’ambiance qui y règne, aux menus problèmes d’incivilités éventuels, à la discipline, à l’éducation des enfants et aux relations avec leurs parents. La formation des élèves y gagne considérablement, y compris à moyen terme en minimisant les risques de décrochage scolaire qui interviennent à l’adolescence et dont on sait qu’ils sont malheureusement de plus en plus fréquents et nombreux.

Je vous sais profondément et justement attachés à notre école républicaine. En cette rentrée 2016, plus que jamais, je vous invite à réfléchir à ces questions de regroupement scolaire et leur impact sur la sécurité et l’éducation de nos enfants. Pour que nos écoles restent ce havre propice à l’épanouissement des élèves dans un monde qui change et évolue sans cesse, il convient maintenant de s’adapter.




À l'affiche
Posts récents
Posts récents
Catégories
Me suivre
Me suivre
  • Facebook Long Shadow
  • Twitter Long Shadow
Mes sites préférés