Limoges Métropole : droit de réponse

J'ai adressé aujourd'hui au directeur de la publication du "Métropol", le magazine de la communauté d'agglomération, un droit de réponse dont vous trouverez le texte intégral dans les lignes qui suivent. Tout y est expliqué, je n'ai pas grand chose à ajouter sinon, peut-être, pour regretter la désinvolture et la légèreté avec laquelle les responsables politiques de notre communauté traitent de sujets aussi importants pour l'avenir de nos enfants.



Dans le dernier numéro du Métropol, la majorité municipale de Limoges est mise en cause par le président de « Limoges Métropole » qui évoque « la crainte ou la méconnaissance » des élus de la majorité municipale « de se voir dépossédés de certaines compétences et de perdre ainsi de l’autonomie », affirmant d’une part que cet état de fait serait en train de changer, d’autre part que « la capitale de l’ancienne région Limousin « gagnerait à être le cœur d’une communauté urbaine ».

Ces propos dénotent manifestement la méconnaissance par M. Vandenbroucke des raisons véritables des réticences exprimées par la majorité municipale de Limoges et que l’on peut résumer en quelques points :

  1. Qu’on le veuille ou non, les transferts de compétences et de personnels sont l’une des conséquences du passage en communauté urbaine. En témoigne d’ailleurs le même article qui les évoque quelques lignes plus loin et mentionne le directeur des services de l’agglo comme principal coordonnateur de ces transferts.

  2. Dans ces conditions, la perte d’autonomie des élus de Limoges, comme des élus de l’ensemble des 19 autres communes de l’agglo, au profit d’une technostructure non représentative des populations de nos villes n’est pas une crainte infondée mais une réalité dont nous sentons déjà les effets.

  3. Ce faisant, c’est également la négation du vote des Limougeauds pour le changement politique qu’ils ont souhaité et, plus généralement, le non-respect de l’ensemble des habitants de l’agglo et de leurs élus.

  4. Que Limoges ville-centre de l’agglo devienne le cœur de la future Communauté urbaine et donc d’une véritable métropole au sens légal du terme, c’est une évidence que nous partageons et que nous avons soulignée en votant la politique des transports urbains et le budget 2016 de l’actuelle agglo en signe de bonne volonté.

  5. Nous attendions en retour que son président inscrive à l’ordre du jour une charte de bonne gouvernance avec les élus limougeauds sur le modèle de celle qui existait à Bordeaux entre le maire et la communauté urbaine ou encore le début de travaux pour définir et promouvoir un véritable projet de territoire fondé notamment sur son élargissement. Manifestement il n’en est rien.

  6. C’est pourtant indispensable : si, demain, notre métropole veut « faire le poids », elle ne devra pas se contenter de ses 210.000 habitants actuels quand les métropoles de Bordeaux ou Toulouse en affichent chacune plus de 700.000 et Nantes plus de 580.000 pour ne prendre que ces trois exemples géographiquement proches. La métropole de Limoges n’aura de sens que si elle agrandit son territoire, tend la main au-delà de sa couronne immédiate et accueille l’ensemble des villages et villes qui veulent la rejoindre. Et que, tous ensemble, nous nous mettions autour de la table pour définir un véritable projet de territoire qui engage les élus et prépare l’avenir de nos enfants.

À l'affiche
Posts récents
Posts récents